Accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Actualités de l'AECF

 
 
 
     

 

La France souhaite que l'UE fasse bloc pour traiter avec « La Ceinture et la Route »
French.china.org.cn | Mis à jour le 27. 06. 2018 | Mots clés : La Ceinture et la Route, Edouard Philippe

Les propos du Premier ministre français Edouard Philippe, selon lesquels l'initiative de « La Ceinture et la Route » manque de transparence, visent à aider l'UE à avoir plus de poids alors que le bloc se prépare à participer à ce projet de commerce et de développement, ont avancé des analystes.

Alors qu’il se trouvait à Shanghai pour sa visite de quatre jours en Chine, M. Philippe a déclaré qu'il espérait que l'initiative soit transparente afin que toutes les entreprises françaises intéressées puissent y participer, a rapporté samedi le journal français Les Echos.

M. Philippe a exhorté les projets entrepris dans le cadre de « La Ceinture et la Route » à respecter l'esprit de l'Accord de Paris, et ce en promouvant la protection de l’environnement et le commerce mondial, indique le journal.

Dire que l'initiative manque de transparence montre que la France a une « attitude prudente » envers l'initiative chinoise de « La Ceinture et la Route », a déclaré Xiang Junyong, expert à l'Institut d'études financières de Chongyang, rattaché à l'université Renmin de Chine.

« La France a commencé à sentir une certaine pression depuis que l'influence de la Chine a augmenté, avec une plus grande implication dans des régions telles que l'Amérique latine et l'Afrique, où les entreprises chinoises ont dépassé les entreprises françaises », a avancé M. Xiang.

L'Union européenne (UE) a manifesté son intérêt pour l'initiative de « La Ceinture et la Route », mais peu de mesures ont été prises alors que la France cherche des conditions plus favorables pour l'adhésion de l'UE à l'initiative, selon des experts.

Les pays européens, y compris la France, restent confus par l'initiative chinoise de « La Ceinture et la Route », considérant que beaucoup de projets incluent la participation de compagnies publiques chinoises.

M. Xiang a noté que les pays de l'UE veulent se joindre au projet de leur propre chef, mais ils supposent aussi que la Chine souhaite renforcer son influence géopolitique en mettant en œuvre l'initiative.

Les gouvernements de 11 Etats membres de l'UE ont signé des documents de coopération avec le gouvernement chinois dans le cadre de « La Ceinture et la Route », selon Zhang Ming, chef de la mission chinoise auprès de l'UE, a rapporté l'agence de presse Xinhua.

Rejoindre l’initiative en tant que bloc

Le ministre français a indiqué que l'Europe était à la recherche d'une réponse commune sur l'initiative de « La Ceinture et la Route ». « Plus nous serons unis, plus nous serons forts, et plus nous serons entendus », a déclaré le Premier ministre, cité par Les Echos.

« La France souhaite une UE unie pour discuter de cette initiative avec la Chine, craignant qu'elle ne soit exclue par des accords bilatéraux signés dans le cadre de ce projet. C’est une des raisons pour laquelle M. Philippe a déclaré que l’initiative manquait de transparence », a affirmé dimanche au Global Times M. Chen, un expert en études européennes.

La France préfère les projets de « La Ceinture et la Route » qui sont lancés par plusieurs nations, car elle souhaite gagner des bénéfices et empêcher l'influence croissante de la Chine dans la région, a avancé M. Chen.

La France tente également de jouer le rôle de leader de l'UE en cherchant activement une place pour le bloc alors que la Chine et les Etats-Unis sont impliqués dans un conflit commercial croissant, selon M. Chen.

Juste avant l'arrivée de M. Philippe en Chine, le Comité sénatorial français a publié une évaluation de l'initiative de « La Ceinture et la Route » qui comprend un contenu ambigu et suspect, selon gbtimes.com.

Interrogé sur ce rapport d'évaluation, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré le 19 juin que « l’initiative de “La Ceinture et la Route” est une initiative ouverte et inclusive pour la coopération internationale, et tous les pays participants peuvent jouer leur rôle et en tirer profit ».

En matière de coopération spécifique, la Chine est disposée à adapter le niveau de confort de toutes les parties, à rester ouverte et transparente et à respecter les normes et règles internationales universellement reconnues, a affirmé M. Geng.



Source: china.org.cn